Sélectionner une page

Résumé des épisodes précédents

Les investissements directs à l’étranger chinois sont connu une forte croissance entre 2005 et 2016, suivi d’un ralentissement considérable à partir de 2017, et les chiffres concernant l’Europe reflètent cette tendance. Le repli est dû à un encadrement plus strict par les pouvoirs publics chinois des investissements à l’étranger : ils souhaitent notamment limiter au maximum les investissements purement spéculatifs et encouragent les investissements technologiques et industriels, soumis désormais à un processus d’approbation beaucoup plus contraignant. En 2019, les investissements chinois en Europe retrouvent leur niveau de 2013/2014.

  1. Investissements chinois à l’étranger : retour à la « normale » ?

2. Où la Chine investit-elle ?

Investissements chinois en Europe par pays entre 2005 et 2019

Source: les données proviennent d’une compilation réalisée par le American Entreprises Institute

N.B. : L’Europe dont il est question ici comprend les pays membres de l’Union européenne (Grande-Bretagne comprise même si le Brexit officiel est désormais imminent…) ainsi que des pays de la zone Europe non membres de l’UE : Norvège, Suisse, pays des Balkans, Ukraine, Biélorussie et Moldavie.

1. Une perception chinoise de l’Europe

Aux yeux des investisseurs chinois, l’Europe ne forme pas une zone homogène et l’Union européenne ne saurait ainsi faire figure de partenaire de dialogue unique. Le continent est découpé en trois zones distinctes : l’ouest, le sud et l’est, le découpage se basant sur des différences de richesses, de maturité technologique, de situation géographique et de cadre institutionnel. cette perception conduit à une stratégie diversifiée des investissements chinois en Europe, avec un focus sur les investissements en capitaux dans les pays membre historiques de l’UE, complétés par de grands projets de développement d’infrastructures à la périphérie.

Après la crise financière de 2008, de nombreuses économies européennes, encore en difficulté, ont accueilli positivement les investissements chinois, vu comme une source de capital financier intéressante, et devenant ainsi une source de croissance, de revenus fiscaux, d’emploi et de développement d’infrastructures. Alors que les capitales européennes peinent à trouver un équilibre entre les principes de base du libre-échange, des inquiétudes relatives à la sécurité liées à la place grandissante qu’occupe la Chine sur le continent émergent, au premier rang desquelles la sécurité des infrastructures clefs de sécurité, des actifs stratégiques et des technologies de défense, ainsi que le risque plus global de perdre une position dominante ou stratégique en termes d’innovation technologique.

2. La prépondérance des grands pays européens et… de la Suisse

Entre 2005 et les premiers mois de l’année 2020, les pays européens qui ont accueilli le plus d’IDE chinois sont :

  • la Grande-Bretagne, 86 730 millions USD
  • la Suisse, 61 720 millions USD
  • l’Allemagne, 47 580 millions USD
  • la France, 28 480 millions USD
  • l’Italie, 26 750 millions USD

La Suisse arrive en seconde position grâce à la vente de l’entreprise Syngeta en 2017 pour 43 milliards USD (cf. infra).

3. Les plus gros investissements en valeur sur la période

Six investissements ont dépassé les 7 milliards USD sur la période 2005-2020

AnnéeEntreprise chinoiseMontant de la transaction (millions USD)Entreprise européenne (% des parts acquises par la partie chinoise)Pays d’origineSecteur d’activité
2015ChemChina, SAFE7 860Pirelli (100%)Italieautomobile
2016Tencent8 600Supercell (84%)Finlandedivertissement
2017China Reforms Holdings, ChemChina43 060Syngeta (98%)Suisseagriculture
2017CIC13 790Logicor (100%)Grande-Bretagnelogistique
2017PingAn9 660HSBC (5%)Grande-Bretagnebanque
2018Geely Auto9 030Daimler (10%)Allemagneautomobile

L’acquisition de 98% des parts de Syngeta par ChemChina reste à ce jour la plus grosse acquisition d’un groupe privé étranger par un groupe chinois. Cette transaction compte à elle seule pour 43% des IDE chinois en Europe cette année-là.

Évolution des investissements chinois par pays entre 2005 et 2019

Source: les données proviennent d’une compilation réalisée par le American Entreprises Institute