Sélectionner une page

Une menace sur le statut économique spécial de Hong Kong pour soutenir les militants pro-démocratie de la ville

Le 19 novembre 2019, le Sénat américain a approuvé à l’unanimité un projet de loi concernant Hong Kong, avec pour objectif de faire pression sur le gouvernement de Pékin afin de mettre un terme aux affrontements encore en cours dans la métropole. Si ce texte est promulgué en loi, suite à une ratification du président Trump, il obligera l’administration américaine à soutenir les activistes pro-démocratie hongkongais, ce qui pourrait encore compliquer le dialogue sino-américain déjà tendu depuis le déclenchement de la guerre commerciale

Source : Reuters

Le texte prévoit entre autre une possible révisions du statut d’autonomie spéciale de Hong Kong qui confère à la ville des droits commerciaux spécifiques ainsi que la mise en place de sanctions pourraient à l’encontre des officiels chinois responsables des violations des droits humains sur le territoire hongkongais.

Ce projet de loi requiert du Ministère des affaires étrangères américain et d’autres agences qu’ils conduisent une enquête annuelle pour déterminer si les changements intervenus dans le statut politique de Hong Kong (i.e. sa relation avec la Chine continentale) justifie de changer les termes favorables et spécifiques des relations commerciales entre les États-Unis et la métropole.

L’AmCham à Hong Kong et Goldman Sachs évoquent des « complications » si le projet de loi est ratifié

La possibilité que le projet de loi soit ratifié par le Président Trump a suscité un regain de méfiance à Wall Street, après quelques semaines d’une ambiance plus optimiste quant au dénouement de la guerre commerciale sino-américaine toujours en cours. Dans une note diffusée à leurs clients, des économistes de Goldman Sachs ont fait savoir que cette législation apparaissait comme une potentielle « complication », avertissant que le Ministre des affaires étrangères chinois avait promis de « riposter sévèrement » si un tel projet été ratifié.

A Hong Kong, le projet est accueilli fraichement par la Chambre de commerce américaine, qui a affirmé respecter la décision du Sénat comme un « intérêt fondamental renouvelé des États-Unis pour Hong Kong », tout en soulignant de « possibles conséquences fortuites et contreproductives ». Le monde des affaires américain pourrait éprouver des difficultés de plus en plus grandes à « continuer d’exercer une influence forte et positive dans le soutien aux valeurs fondamentales et traditionnelles de Hong Kong – en particulier sur les questions des contrôles à l’export et des sanctions », a expliqué la Chambre. Yuan Zheng (袁征), un spécialiste des affaires américaines de la Chinese Academy of Social Sciences (CASS, 中国社会科学院), explique qu’il est peu probable que Pékin prenne de sévères contre-mesures à l’encontre des États-Unis, mais ajoute que la ratification du projet de loi pourrait compliquer davantage encore la situation à Hong Kong.

La Chine dénonce une ingérence dans ses affaires intérieures

Interrogé par le New York Times, Eswar Prasad, ancien chef de la division Chine du Fonds Monétaire International (FMI), explique que l’ajout de Hong Kong dans le processus commercial pourrait faire dérailler les discussions avec la Chine, qui n’est pas connue pour apprécier les interventions politiques extérieures sur les sujets considérés comme relevant de sa politique intérieure. « La législation va alimenter le discours dans les cercles des décideurs chinois selon lequel les États-Unis tentent de porter atteinte à la souveraineté de la Chine sur des sujets économiques et de politique interne. »

Source : The Hindu

À la suite de l’annonce du projet de loi, le gouvernement chinois a en effet convoqué William Klein, Ministre conseiller pour les affaires politiques de l’ambassade des États-Unis en Chine. La convocation est intervenue après les déclarations sans équivoque de Geng Shuang (耿爽), porte-parole du ministère des affaires étrangères de la République populaire : « toutes les tentatives des États-Unis d’interférer dans la politique interne chinoise seront vaines ». « Nous appelons la partie américaine à regarder clairement la situation et prendre des mesures pour empêcher que le projet de loi ne soit promulgué, et arrêter de se mêler des affaires internes de la Chine et de Hong Kong, afin d’éviter de démarrer un feu qui ne brûlerait personne à part elle-même », a affirmé Geng, avant d’ajouter : « si les États-Unis poursuivent dans cette voie, la Chine prendra des mesures vigoureuses pour s’y opposer résolument afin de préserver sa souveraineté nationale, sa sécurité et ses intérêts de développement ». Geng a conclu en disant que ce projet de loi était une sérieuse violation du droit international et des normes des relations internationales, et que la Chine s’y « oppose fermement ».