Sélectionner une page

Tandis que des organismes internationaux de certification planchent sur le remplacement des antiques codes-barres par les QR code (quick response code), la Chine apparait comme un pays modèle et pionnier de cette technologie principalement utilisé pour le paiement.

Les paiements par QR code inondent le marché chinois depuis le milieu des années 2010

Une des caractéristiques fondamentales du marché chinois est qu’il est en majorité composé de consommateurs dits « primo adoptants » : le primo adoptant est un individu qui a pour habitude d’acheter quasiment systématiquement les nouveaux produits dans une catégorie de produit donnée. Les consommateurs forment ainsi une catégorie particulièrement favorables à l’adoption des nouveaux produits ou des nouvelles technologies[1].

Source : The Beijinger

De ce fait, la Chine a adopté le paiement par smartphone plus rapidement que n’importe quel autre pays. Plus de 65% de la population l’utilisait déjà fin 2017, et selon certains analystes, les transactions sur la fin de l’année 2017 étaient trois fois plus importantes en volume que celles de l’année précédente. La propagation très rapide de l’usage des smartphones a permis de passer directement du paiement en liquide au paiement par smartphone, sans passer par l’étape carte bleue, qui nécessite l’achat d’équipements trop coûteux pour les petits vendeurs. Le système repose sur une sorte de code-barre carré, très peu coûteux, facile à générer et ne nécessitant qu’un appareil photo de smartphone pour être scanné et utilisé.

Un plan de la Banque Centrale pour harmoniser l’outil…

Source : visualead.com

La Banque populaire de Chine (PBoC, 中国人民银行) est en train de déployer un plan pour encadrer et guider les changements majeurs de ce marché des paiements via QR code qui représenterait un billion de dollars US. Ce plan pourrait éroder la prédominance de longue date d’Alibaba Group Holding Ltd. (阿里巴巴集团控股有限公司) et de Tencent Holdings Ltd. (腾讯控股有限公司). Le plan de la PBoC, rendu public à la fin du mois d’août 2019, a pour objectif de bâtir un cadre réglementaire pour unifier les standards de technologie et promouvoir l’interopérabilité du QR code. Le plan prévoit que d’ici à 2021, tous les commerçants pourront utiliser un QR code universel qui facilitera les transactions à travers différents fournisseurs de services de paiement qu’il s’agisse de banques traditionnelles ou d’acteurs comme Alipay ou WeChat Pay.

A l’heure actuelle, les fournisseurs de services de paiement éditent différents QR codes qui peuvent être utilisés seulement pour leurs propres services. Les petits opérateurs de paiement et les banques devraient donc bénéficier de ce plan qui donnera une plus grande visibilité à leurs services alors qu’ils ne cessent de perdre des parts de marché au profit des deux mastodontes du secteur.

… qui n’arrange pas les affaires du duopole Alibaba-Tencent

Deux champions de l’internet chinois ont vite trusté les plus grosses parts du marché des paiement via QR code : Tencent, avec WeChat Pay, et Alibaba avec Alipay. Ils contrôlent à eux deux près de 90% de ce marché, écrasant complètement Quick Pass, lancé par China UnionPay Co., Ltd. (中国银联有限公司), la seule organisation de carte bancaire du pays. Alipay et WeChat Pay ont soigneusement sécurisé leurs territoires respectifs: tandis qu’Alipay domine le marché du paiement pour le shopping en ligne, WeChat Pay détient 80% des parts du marché des paiements effectués auprès de vendeurs hors ligne. Chacune de ces deux entreprises étant tentée d’inciter les vendeurs a ne proposer que leur service de paiement afin de renforcer leur présence commerciale et affaiblir leurs rivaux.

Source : Caixin

Les analystes sont partagés quant aux chances de réussite du plan lancé par la PBoC : certains pensent qu’il pourrait engendrer de profonds changements dans ce secteur et créer de l’espace pour d’autres acteurs ; d’autres en revanche estiment qu’il sera difficile au régulateur de satisfaire toutes les parties prenantes, et de gagner le soutien des deux grands. « Les deux plus gros acteurs du marché sont le plus gros obstacle sur le chemin de l’interopérabilité du QR code unifié, parce que l’interopérabilité signifie la fin de leur duopole », explique un cadre d’une entreprise de paiement au media Caixin.  « Techniquement, il n’y a aucune difficulté à l’adoption d’un QR code unifié, mais si le plan ne peut offrir des avantages aux deux leaders du marché, il sera difficile à mettre en œuvre », ajoute un autre.

Les petites entreprises de paiement et les banques se plaignent depuis longtemps du fait que leur espace commercial et leurs marges sont prises en tenaille entre Alipay et WeChat Pay. Les institutions les plus petites sont pour l’instant condamnées à se contenter du rôle d’intermédiaire dans les transactions réalisées par Tencent et Alibaba en échange d’une modeste commission de 0,2%. Dans cette veine, l’ancien gouverneur de la Banque Centrale Zhou Xiaochuan (周小川) affirmait en juillet dernier que les régulateurs se devaient d’éviter une situation de « winner-take-all » dans la fintech, puisqu’elle distordrait le marché et créerait des pertes qui pourraient mener à des risques systémiques. WeChat et Alipay ont fait savoir qu’ils participaient activement aux discussions sur l’unification du QR code pour les paiements et qu’ils se préparaient à l’interopérabilité sur les standards de l’Etat.

Une communication inverse eut été étonnante.


[1] Définition du site internet www.definitions-marketing.com