Sélectionner une page

Canaan, leader chinois des serveurs blockchain coté au Nasdaq…

Le 21 novembre 2019, l’entreprise chinois Canaan Creative Inc. (杭州嘉楠耘智信息科技有限公司) basée à Hangzhou a effectuée son entrée en bourse au Nasdaq de New York. L’entreprise, créé en 2013 par un étudiant en doctorat, N.G. Zhang (张楠庚, Zhang Nangeng), produit du matériel informatique, et s’est spécialisée dans les serveurs blockchain et les microprocesseurs ASIC (application-specific integrated circuit, en français « circuit intégré dédié à des applications spécifiques »). En 2016, Canaan fait l’objet d’une tentative d’acquisition pour 466 millions USD par Shandong Luyitong (山东鲁亿通智能电气股份有限公司), une entreprise cotée au Shenzhen Stock Exchange. Début 2019, des rumeurs relayaient déjà que Canaan souhaitait entrer en bourse aux Etats-Unis.

…mais sa levée de fonds déçoit

Source : Medium

Fin novembre, l’entreprise réussit son introduction au Nasdaq, levant 90 millions USD. A la manœuvre derrière cette introduction, les entreprises Citigroup, China Renaissance Holdings (华兴资本) et CMB International Capital (招银国际金融有限公司). L’entreprise a néanmoins déçu, puisqu’elle prévoyait une levée de 100 millions au moins. Il faut dire que l’histoire n’a pas été sans rebondissements : en octobre, Canaan s’était préparée pour une introduction en bourse à Hong Kong, mais les autorités en charge des marchés ont considéré « prématurée » le listing des entreprises actives dans le secteur des crypto-monnaies sur une place financière asiatique. A ce moment-là, une capitalisation boursière de 400 millions USD était espérée. Par ailleurs, le départ de Credit Suisse Group de l’équipe qui préparait l’introduction en bourse de Canaan est un bon indicateur des difficultés que traversent les entreprises de blockchain pour être cotées : les deux géants du secteur, Bitmain et Coinshares, se sont eux-mêmes battus avec les régulateurs des marchés et ont dû repousser leur introduction.

Un déficit conséquent malgré une position de deuxième entreprise mondiale du secteur

A l’heure actuelle, Canaan Inc. est le deuxième fabricant de matériel de minage de bitcoin au niveau mondial. Durant le premier semestre 2019, sa part de marché était estimée à 21,9% du total mondial des ventes de capacité de minage par ASIC. Son plus grand concurrent, Bitmain, concentrait lui entre ses mains 65,2% de ce même marché. En dépit de cette deuxième position, l’entreprise essuie d’importants déficits depuis 2018. Selon ses propres chiffres, l’entreprise a perdu 48,2 millions USD durant le premier semestre 2019. Elle a prévu d’étendre le développement des applications d’intelligence artificielle pour les ASIC, mais compte tenu de sa situation financière actuelle, le capital levé lors de l’introduction en bourse pourra seulement servir à éponger les pertes d’une année.

Un soutien politique marqué de la Chine en faveur de la blockchain

Cette introduction en bourse de Canaan intervient quelques semaines seulement après un discours du Président Xi Jinping adressé aux membres du bureau politique du Parti communiste et expliquant que la Chine devait se positionner comme leader sur la technologie blockchain. La technologie blockchain devrait jouer « un rôle éminent dans la prochaine série d’innovations technologiques et de transformations industrielles », a-t-il affirmé, suggérant ainsi que la blockchain constituerait un élément central dans la course pour la suprématie technologique qui oppose la Chine aux Etats-Unis. Depuis, les media chinois n’ont cessé de bombarder leur lectorat avec des articles sur la blockchain et la nécessité d’adopter cette technologie. Interrogé par le South China Morning Post, Mu Rongping (穆荣平), directeur du centre de recherche pour l’innovation et le développement de la China Academy of Sciences (中国科学院) confirme que la blockchain a toutes les chances de devenir une des caractéristiques clés de la gouvernance future de la Chine. « Le potentiel d’usage des nouvelles technologies est énorme, pour des applications dans des domaines tels que la sécurité publique, les transports publics, les enquêtes criminelles, les campagnes anti-corruption » explique-t-il. Il ajoute : « la blockchain pourrait ouvrir un nouveau chapitre dans l’intégration de la technologie et de la gouvernance, si elle s’avère être fiable ».

La blockchain par qui et pour quoi ?

Source: Cointelegraph

Le 13e plan quinquennal 2016-2020 souligne le rôle de l’intelligence artificielle et de la blockchain dans le développement de l’avantage technologique national. Plus de 500 projets blockchain ont été enregistrés auprès de la Cyberspace Administration of China (国家互联网信息办公室) qui a depuis janvier 2019 requis que chaque entité travaillant sur la technologique les enregistrent pour supervision. La plupart de ces projets ont des applications financières, telles que la finance commerciale, la gestion d’actif et les paiements transfrontaliers. Derrière la majeure partie de ces projets on retrouve sans surprises les mastodontes de l’internet chinois : Baidu, Alibaba et Tencent. Les initiatives gérées par le gouvernement sont également nombreuses, principalement dans les domaines des communications et du développement des territoires. Sourabh Gupta, spécialiste de politique chinoise au sein de l’Institute for China-America Studies, un think tank américain, souligne un autre enjeu : selon lui, la principale motivation du Parti est d’adopter la blockchain plutôt tôt que tard, afin que la régulation soit en avance, et non en retard, sur la question. « Le parti et l’Etat semblent déterminés à encadrer les termes de l’engagement avant que l’usage de cette technologie ne soit devenu monnaie courante sur les marchés publics et privés », explique-t-il. Il poursuit : « en Chine, le rôle du gouvernement ne se limitera pas à étendre le périmètre réglementaire, l’Etat sera un pourvoyeur actif de la technologie blockchain dans ses systèmes de gouvernance ».

Il s’agira donc de suivre attentivement à le fois les développements réglementaires liés à cette technologie, mais également l’émergence et la montée en puissance d’acteurs privés et /ou publics chinois, dans la lignée de Canaan, en pointe sur cette technologie.